Site officiel du Dr Gérard Dieuzaide Institut Européen de Posturologie

Certains chercheurs commencent à s’interroger sur les incompatibilités électromagnétiques

14 février 2016

chronique-dieuzaide-article

                       »  Le syndrome auto-immunitaire/inflammatoire induit par les adjuvants (ASIA) « 

Enfin des chercheurs médecins commencent à comprendre ce que j’explique depuis 10 ans à un monde médical sourd ! Ce que le professeur Dominique Belpomme appelle « hyper électrosensibilité  » (HES) ou « multi chimio sensibilité (MCS) pourrait, en réalité, ne pas être en  liaisons seulement qu’avec les ondes environnementales. Ou pour le moins que les ondes ne seraient qu’un cofacteur à l’effet délétère des incompatibilités électromagnétiques à certains matériaux, métalliques ou non, souvent situés en bouche !  La preuve en est que sur ces patients venant me consulter  et ayant été diagnostiqués HES ou MCS, le fait de retirer quelques matériaux en bouche suffit à supprimer une grande partie de leurs symptômes, parfois la totalité, comme en témoignent des centaines de témoignages.(voir onglet témoignages )

Par la même il est inconcevable que dans un colloque sur l’électrosensibilité comme celui du 11 février 2016 à l'assemblée nationale, le mot « dent « n’ait jamais été prononcé par les « spécialistes » qui s’y sont exprimés ! Et que tout soit fait par certains pour qu’il ne soit pas prononcé ! Ego quand tu nous tiens !

De la même façon alors que ce colloque ne devait être réservé qu’a des médecins et thérapeutes, ils n’étaient en réalité qu’une minorité .Comme souvent dans ce genre de manifestation la « grande messe » à eu lieu sans que le moindre véritable échange n’ait pu se faire entre professionnels de la santé, alors que cela était  le but annoncé de ces rencontres.

Il est donc nécessaire d’affiner plus que jamais les recherches et donc les diagnostics entre toutes ces pathologies, Lyme (et autres infection froides), HES, MCS, IEM,dans l'intérêt des malades. Il sera alors enfin possible de mieux comprendre la problématique des incompatibilités électromagnétiques (IEM).

                                 

Le message suivant en provenance de « chronimed » est très explicite. (Groupe de  médecins indépendants travaillant sous la présidence  du professeur Luc  Montagnier , prix Nobel de médecine) .

Message du 14/02/16 17:03 De : « Dr Eric KIENER  [chroni-france] » <> A : « Dr. Frédéric Rérolle »

Objet : [chroni-france] pour chronimed

Il s'agit s'und syndrome très proche cliniquement d'une infection froide:Syndrome auto-immunitaire/inflammatoire induit par les adjuvants (ASIA)

Dr Pierre Margent (10/09/2012)

Le syndrome auto-immunitaire (ou auto-inflammatoire) induit par les adjuvants ou ASIA, encore nommé Syndrome de Schoenfeld, est une entité récemment décrite. Il associe, à des degrés divers, manifestations musculaires (myalgies, myosite, impotence fonctionnelle), arthralgies et/ou arthrites, troubles du sommeil et fatigue chronique, troubles cognitifs ou mnésiques, manifestations cutanées, troubles gastro-intestinaux et respiratoires et, sur le plan biologique, apparition d’auto-anticorps et/ou d’anticorps spécifiques contre un antigène donné.

De fait, ce syndrome, encore imprécis et en cours d’individualisation, pourrait être lié, chez des sujets génétiquement prédisposés, à l’exposition à différents adjuvants. Il a été impliqué dans 4 pathologies quelles que peu déroutantes mais avec des éléments cliniques communs et qui, toutes, étaient la traduction de réponses immunitaires hyperactives : la siliconose, le syndrome de la Guerre du Golfe, la myofasciite à macrophages et certaines réactions post vaccinales.

Il pourrait également être cause des fibromyalgies ou du syndrome d’intestin irritable.

Plusieurs livraisons de ce VIIIe congrès international sur l’auto-immunité lui sont consacrées.

Au plan nosologique, E. Israeli propose d’y adjoindre le syndrome des bâtiments malsains, aux limites très imprécises mais à la symptomatologie voisine (1). Il pourrait aussi être le fait d’implants métalliques telle l’observation rapportée par E. Loyo d’une femme de 23 ans qui, après implantation dans un but cosmétique d’ un élément métallique en nickel titane, développa une symptomatologie variée (asthénie extrême, adénopathies, hépato splénomégalie, anémie, thrombocytémie, hyperferritinémie).

Après l’échec de différents traitements, seule l’ablation de l’implant fut suivie d’une disparition complète de la symptomatologie sans récidive avec 8 années de recul (2).

L’injection sous cutanée de diverses substances exogènes, dont des huiles végétales, a été aussi rapporté par O. Vera- Lastra dans une série de 55 patients. Le site d’injection était divers : membres inférieurs et cuisses, face, menton, seins,…la symptomatologie proche de celle d’ une maladie auto-immune. Sans en remplir tous les critères, ces manifestations pourraient être rapprochées du syndrome ASIA (3).

Dans leur description princeps, Y. Schonfeld et N. Agmon-Levin faisait état de l’exposition au silicone. Une observation proche est rapportée par L J Lara, concernant une jeune femme de 22 ans, aux antécédents de maladie de Still à l’âge de 11 ans qui développa, après implantation de prothèses mammaires en silicone, une symptomatologie proche d’ un lupus puis, à 25 ans, une poussée majeure de maladie de Still concomitante de la rupture des prothèses. Leur ablation fut suivie d’une normalisation complète de toute symptomatologie (4).

De façon plus inquiétante, les vaccins avec adjuvants pourraient également entraîner des manifestations cliniques s’intégrant dans l’ASIA. S C Cruz en rapporte une série de 40 patients, dont 2 réactivations de MAI antérieures (5). Y Zafrir, de l’équipe de Shoenfeld également, dans une série de 114 patients après vaccination anti Hépatite B .

La latence clinique fut en moyenne de 43 jours ; la symptomatologie neuro-psychique dans 70 % des cas, digestive dans 50 %, musculo-squelettique dans 39 %, cutanéo-muqueuse dans 32 %. Chez 80 % des malades a été notée l’apparition d’auto anticorps (6).

A Soriano, quant à lui, à partir d’une série de cas cliniques, émet l’hypothèse qu’une vaccination antigrippale pourrait faire le lit de la maladie de Horton ou de la pseudo polyarthrite rhizomélique chez des sujets génétiquement prédisposés, HLA-DR B1 (7).

Ces observations cliniques rejoignent les travaux expérimentaux de A Katzav qui, chez des souris hétérozygotes au facteur V Leyden note, après exposition à l’adjuvant de Freund, l’apparition plus fréquente d’anticorps anti phospholipides (8).

Ainsi, nombre de pathologies quelque peu contestées ou tout au moins très mal expliquées pourraient être incluses dans ce nouveau syndrome lié aux adjuvants.

De fait, ceux-ci pourraient agir à différents niveaux de la réponse immunitaire, perturbant l’activité des cellules dendritiques et des T lymphocytes notamment. Cliniquement, l’équipe de Schonfeld a défini, pour l’inclusion dans le syndrome ASIA des critères majeurs, dont l’exposition à un antigène, l’apparition de manifestations cliniques évocatrices et l’amélioration après éviction de l’agent causal et des critères mineurs dont la fréquence d’une MAI dans les antécédents ou encore l’apparition d’auto anticorps.

Des études ultérieures restent toutefois indispensables pour mieux préciser la physiopathologie de cette nouvelle entité et en cerner plus précisément les limites cliniques.

>

1)Israeli E : The sick building syndrome as a part of auto immun syndrome induced by 2)Loyo E : ASIA syndrome? Autoimmunity related to metal implant. 3)Vera-Lastra O et coll. : Human adjuvant disease induced by foreign substances: a new model of ASIA. 4)Jara L : Still’s disease, lupus – like syndrome breast implants. 5)Paredes Casillas P et coll. : Adverse events following immunization with vaccines containing adjuvants. 6)Zafrir Y et coll. : Autoimmunity following Hepatitis B vaccine as part of the spectrum of » auto immune syndrome induced by adjuvants. 7)Soriano A : Giant cell arteritis/polymyalgia rheumatica and influenza vaccination; a systematic analysis of case – series. 8)Katzav A et coll. : Adjuvant immunization induces high level of pathogenic antiphospholipids ; a facet of ASIA syndrome. 8th international autoimmunity congress – Granada (Spain) – 9-13 mai 2012.

Les articles complémentaires relatifs à ce congrès

Syndrome des anticorps sériques IgG anti-GQ1b: données immunologiques et cliniques (10/09/2012)

o Helminthiases et auto-immunité (10/09/2012)

Prévalence des auto-anticorps lors du premier bilan étiologique d’une hypertension artérielle pulmonaire (07/09/2012)

Signification clinique des auto-anticorps anti-RNP A (07/09/2012)

Anticorps anti R0/SSA et prolongation de l’intervalle QT chez l’adulte (06/09/2012)

Evolution sur plus de 10 ans d’une cohorte brésilienne d’un déficit en IgA(06/09/2012)

Dr ERIC KIENER

CH–1660 Château-d'Œx

La vertu se perd dans l'intérêt comme le fleuve dans la mer

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *