Site officiel du Dr Gérard Dieuzaide Institut Européen de Posturologie

Témoignage de Flore G.

10 mars 2015

Je souhaite apporter un témoignage et sensibiliser les gens aux problèmes liés aux matières ou produits toxiques qui sont à l'origine des maladies environnementales émergentes, et en particulier le syndrome de fatigue chronique, la fibromyalgie, le syndrome d'hypersensibilité chimique, et l'électrohypersensibilité.
Je m'intéresse en particulier à la fatigue et aux douleurs chroniques, car ce sont ces troubles qui m'ont fait le plus souffrir.
Comme d'autres personnes soucieuses de leur santé, j'ai fait enlever tous mes amalgames dentaires (appelés « plombages ») en 2005, en raison de la toxicité de ces alliages, notamment dû à la présence de mercure.
Je pensais ainsi soigner de la fatigue et des douleurs chroniques, qui étaient encore supportables à cette période-là.
Malheureusement, à la suite de la dépose, mes symptômes se sont aggravés. J'ai cru, comme certains le pensent, que la dépose, ayant été faite sans masque de protection, le mercure volatile s'était dispersé dans mes tissus, causant mes pénibles maux.
Il a fallu attendre ma rencontre en 2013 avec le Dr. Gérard Dieuzaide*), chirurgien-dentiste, à Toulouse, pour comprendre que la pose des résines dentaires de remplacement, avait été un remède pire que le mal.
En 2011, mon état s'était d'ailleurs encore détérioré après la pose de ces fameuses résines sur mes dernières caries réparées. J'ai dû arrêter la danse et le sport car le moindre effort me fatiguait; cet été-là, lors de nos excursions, mon mari ne comprenait pas pourquoi j'avais tant de mal à marcher et il devait porter mon sac à dos que je n'avais même plus la force de tenir. J'avais tout le temps besoin de me reposer et de dormir la journée pour récupérer.
Mes migraines, névralgies dentaires et cervicales sont devenues plus fortes et je commençais à avoir des douleurs aiguës dans le bassin (sacro-iliaques), avec douleur sciatique irradiant dans la jambe gauche.
En 2013, en plus de ces douleurs insupportables, j'avais des raideurs matinales et des difficultés inquiétantes de mobilité, que l'on ne devrait pas avoir à 40 ans, comme de se faire aider pour sortir du lit ou de la voiture. Cela m'a amenée à consulter des rhumatologues et à faire des examens.
Voici ce qu'a écrit un rhumatogue à mon médecin généraliste qui ne me prenait pas au sérieux et qui pensait que j'avais une simple sciatique :
« Le déficit fonctionnel apparaît actuellement centré sur le rachis lombaire mais également le bassin avec des atteintes des 2 hanches. Cette symptologie évolue dans un contexte poly-algique chronique jamais caractérisé.
Ce tableau clinique n'intègre pas une maladie inflammatoire articulaire chronique.
Il y a éventuellement une atteinte d'effecteurs (muscle) et ce déficit chronique pourrait bénéficier d'une exploration en médecine interne sur le motif d'une asthénie chronique et de phénomènes douloureux invalidants. »
Malgré ce courrier, mon médecin n'a pas pas voulu me faire les examens en médecine interne et m'a envoyé chez un autre rhumatologue qui m'a demandé d'autres examens, tels que scanner et IRM, mais rien a été détecté.
Je me suis retrouvée à faire de la kiné et je ne compte même pas le nombre de séances chez les différents ostéopathes consultés, car il n'y a que cette thérapie qui me soulageait un peu.
Sans compter tous les frais de thérapies alternatives, car tout le monde vous dit que c'est psychosomatique et qu’il n’existe pas de traitement naturel de la fibromyalgie
Grâce à plusieurs tests posturaux simples, le Dr. Dieuzaide a détecté que les composites dentaires généraient chez moi, une incompatibilité électro-magnétique.
Selon lui, toute matière émet un rayonnement électro-magnétique. Ainsi, quand les fréquences émises par une matière sont incompatibles avec notre propre système oscillatoire, elles deviennent nocives pour notre santé. Il se crée alors dans le corps des tensions, des contractures musculaires réflexes, responsables de douleurs chroniques.
Quel soulagement ce fut d'être enfin comprise et de trouver une solution à mes problèmes !
Le Dr. Dieuzaide m'a testé un composite compatible et m'a demandé de faire changer toutes mes résines dentaires (neuf au total).
Après l'enlèvement des deux premières résines, j'ai senti que ma mâchoire pouvait enfin se détendre et le tiraillement douloureux dans ma jambe gauche s'est relâché instantanément (comme un élastique qui se détend).
Au fur à mesure de la dépose j'allais de mieux en mieux, mais j'avais encore besoin régulièrement d'ostéopathie pour m'aider petit à petit à dénouer les anciennes tensions.
Puis, après avoir retiré tous les composites, j'ai commencé à retrouver de l'énergie et mes douleurs ont diminué d'environ 70%. Cependant, le tiraillement dans ma jambe avait tendance à revenir et il subsistait encore des douleurs de la nuque et du bassin.
Selon le Dr. Dieuzaide, comme je suis électro-sensible, pour faire un déparasitage complet, il fallait encore supprimer toutes les matières synthétiques. Pour cela, il préconise de changer toute la literie et tous les vêtements, afin de n'utiliser que des matières naturelles.
J'ai donc opté pour un matelas et un coussin en latex naturel 100%, un duvet en laine, des vêtements en coton, lin, laine et soie. Le changement de literie m'a été d'un grand bénéfice, j'étais nettement moins fatiguée et j'avais moins de raideurs au réveil, de plus je respirais mieux durant la nuit. La literie fait l'objet d'un important lobbying pour maintenir l'usage de produits toxiques, ainsi que le dénonce M. Roger Lenglet **),notamment l'antimoine, classée cancérigène pour ses propriétés ignifuges.
Puis quelques mois après, en achetant des vêtements neufs en matières naturelles, je remarquais qu'en les portant, cela relançait mes douleurs et que ce n'était pas mieux que le synthétique.
J'ai d'abord cru que c'était à cause des formaldéhydes, dont tous les vêtements neufs sont imprégnés (surtout s'ils viennent de Chine), mais en les lavant plusieurs fois, normalement ils s'éliminent. C'est alors qu'en surfant sur Internet, j'ai découvert que le coton industriel est d'abord blanchi au chlore et la plupart des vêtements sont traités avec des produits interdits dans l'UE, tels que les colorants azoïques et les teintures aux métaux lourds (chrome, cadmium, vanadium,…), parfois même sur des habits en coton avec un faux label « bio ».
Grâce au dernier ouvrage de M. Lenglet **), j'ai également pris connaissance de la problématique des nanoparticules dans les vêtements, cosmétiques et aliments industriels, etc, tels que les nano-argent, nano-aluminium, dioxide de titane, dioxide de silice, etc, une technologie en pleine expansion.
Ces nanotechnologies entrent dans la composition des aprêts rendant les textiles ignifuges, hydrofuges, autonettoyants, anti-taches et anti-bactériens. Par exemple, toutes les sous-vêtements, les vêtements de sport, les chaussures, les chaussettes sont traités aux nanoparticules d'argent, comme anti-bactérien pour éviter les odeurs de transpiration.
Afin d'éviter l'exposition à tous ces produits, j'ai pris la décision d'acheter des vêtements écologiques labellisés GOTS interdisant les métaux lourds, les formaldéhydes, les enzymes OGM et les amines cancérigènes et imposant des exigences sévères concernant les rejets dans l'environnement et les résidus chimiques nocifs contenus dans le produit fini.
A partir de ce moment là, c'était une libération, quasiment plus de douleurs, les jambes enfin plus solides me permettant de refaire de la danse et de la marche, mes problèmes visuels (vision floue), ma difficulté de concentration et ma mémoire se sont nettement améliorés.
J'ai compris alors que mon intoxication était d'origine chimique et que mes problèmes de douleurs, de fatigue, d'électro-sensibilité provenaient de ma sensibilité aux matières contenant des substances chimiques toxiques.
En fait, la plupart des gens ignore que les résines dentaires composites sont constituées de molécules monomères, notamment le TEGDMA (tri-éthylène-glycol-di methacrylate) et le HEMA. Durant la pose, lors du processus de polymérisation (avec la lampe à polymériser), le taux de conversion se situe entre 30 à 80% de molécules polymérisées selon les résines. Ce qui signifie qu'une partie des monomères résiduelles restent libres sur la surface de la résine et sont donc susceptibles d'être relarguées dans la salive.
Il s'agit en particulier de matériaux qui ont la capacité d'interférer et de dégrader le milieu biologique où ils sont implantés, notamment parce qu'ils sont cytotoxiques (toxiques pour les cellules). ***)
Heureusement, il existe depuis quelques années, des résines composites sans TEGDMA, ni HEMA, véritable alternative biocompatible aux amalgames, telle que la résine ELS de Saremco, celle que je porte maintenant.
Cela pose évidemment la question de toutes les autres matières que l'on porte sur soi et qui peuvent être potentiellement toxiques telles que les couronnes, implants, lunettes, stérilets, bijoux, etc, ainsi que certains produits cosmétiques, parfums, lessives.
C'est pourquoi, je propose maintenant ces tests à mes clients, en plus de mon activité de thérapeute en médecine chinoise, car je trouve dommage de souffrir pendant des années comme moi, à cause de matières que l'on porte sur soi.
En seconde étape, je préconise de procéder à un assainissement de la maison pour éviter la pollution électromagnétique (wifi, appareils électriques, etc) et chimique (produits d'entretien, peinture, meubles, etc.).
Le plus important est de commencer par le déparasitage du corps, car c'est ce qui permet d'être moins sensible à l'environnement.
Cf. http://essenzia.org/