Site officiel du Dr Gérard Dieuzaide Institut Européen de Posturologie

Témoignage DE J.P L Carbonne – 31

1 mars 2010

J’ai 36 ans, mes soucis commencent en 1988, ( 15 ans), je suis en apprentissage électricité- bâtiment. J’ai souvent mal au dos et en parallèle ayant une très mauvaise dentition mon dentiste me dévitalise les dents une à une, me pose des couronnes, me met des amalgames aucune dent ne va y échapper.

  • de 1990 a 1991 mes problèmes de dos s’accentuent je fais 3 à 4 lombalgies par ans qui dure de 1 à 2 semaines chacune. On fait des bilans radios rien à signaler. Mon docteur me soigne avec des antis inflammatoires par comprimés et des séances de Kiné.
  • En 1993- 1996, je rentre dans une entreprise de machine outils à 50 km de mon domicile que j’effectue en voiture 2 fois par jour en tant que peintre manutentionnaire, à mes lombalgies se rajoutent très vite des crises de sciatique à bascule. Je fais 3 à 4 crises par an qui me clouent au lit. Je pose des vacances à ce moment là pour que le patron de s’aperçoive de rien. Je ralentie fortement mes sorties, ma vie sociale pour pouvoir me reposer car je suis toujours fatigué. Là les antis inflammatoires comprimés ne sont plus assez fort, alors on passe aux injections plus séances de Kiné.
  • En 2000, apparaît en plus de tout le reste une brulure en hémi ceinture au niveau du bassin. Je n’arrive plus à me lever du lit le matin, je dois me tenir au mur pour me lever. J’en parle à mon docteur, qui banalise la chose. Ma compagne me prend des rendez vous avec rhumato, neurologue. Je refais des radio, scanner, IRM. On ne trouve rien.
  • Comme les douleurs continuent on m’hospitalise en médecine infectieuses à Purpan. Tous les bilans sont négatifs. Je ne peux plus travailler, la médecine du travail me déclare inapte au poste, mon patron en profite pour me licencier ce qui va entrainer la perte de notre maison que nous allons devoir revendre. Je me retrouve au chômage avec la reconnaissance de travailleur handicapé.
  • Les douleurs sont de plus en plus fortes elles se transforment en spasmes qui me clouent sur place. Elles résistent à la morphine. Je ne supporte plus de faire 30 minutes de voiture. Je ne participe plus aux fêtes de famille car je ne peux pas rester longtemps assis. Je subis des infiltrations péri rachidiennes, 3 péri durales, de la mésothérapie. Les douleurs sont quotidiennes, de plus en plus fortes. Mon médecin ne me croit plus. Ma compagne reçoit des phrases déplacées du style « c’est dans sa tête »
  • 2006, j’ai l’impression de perdre en souplesse, je perds en amplitude de mouvement, je me rigidifie. Mon médecin le constate mais ne fais rien. Le matin je suis « rouillé », le froid accentue cette sensation. La sciatique est quotidienne, les lombalgies aussi. Je me bloque 3 ou 4 fois dans l’année. On reprend les injections, les kiné diverses et variés.
  • 2008, en plus de tout cela je fais 2 blocages très violents, je dois faire appel a un médecin de garde en passant par le SAMU pour qu’il viennent me piquer. Une de ces injections va me faire dormir pendant 48 h non stop. A ce moment là apparaît un acouphène oreille droite, qui ne me laisse pas une minute de répits à la fatigue physique se rajoute l’épuisement psychique.
  • octobre 2009, je fais un autre blocage du dos. Mon docteur me prescrit toujours la même ordonnance,( ne m’occulte même plus),c'est à dire injections anti inflammatoire + kiné. Un jour à midi je ressent une forte douleur thoracique, avec expansion au bras gauche. Nous appelons le docteur, qui me rabroue apparemment mécontent d’être dérangé et il me donne un tranquillisant et me dis de me mettre au lit ,que ça va passer. Ma femme part travailler, elle me retrouve le soir a 20 h à son retour les lèvres bleues, respirant très mal. Elle appelle les pompiers qui me transportent d’urgence à l’hôpital. C’est une pleurite le médecin est passé à coté. Je reste en observation une nuit. Au retour j’ai ordre d’être ausculté par mon médecin généraliste le lendemain. Il se déplace, ne m’ausculte pas et me dit que tout est faux. Que c’est dans ma tête.
  • Suite à ça, ma compagne me prend rendez vous chez son homéopathe. Il me fait une prise de sang qui confirme ma pleurite. Je reste fatigué 2 mois. Il me donne un traitement pour me refaire le sang car la pleurite m’a inversé la formule sanguine. A l’auscultation il voit ma bouche et s'inquiète de l'énorme quantité de plombages et autres trucs qui s'y trouvent. A partir de là, ma compagne et moi nous nous renseignons et nous découvrons le docteur DIEUZAIDE. Rendez vous pris, nous voilà partis. De toute façon nous n’avons plus rien a perdre. Dès la 1er fois, il me teste en me faisant faire certains mouvements .Je suis complètement bloqué au niveau des bras. Il m’enlève 2 couronnes et je retrouve un peu de souplesse. Au 2ème rendez vous Il entreprend de m’enlever tous les amalgames et c’est encore mieux. Au 3ème pour la 1er fois depuis longtemps je touche mes mains au dessus de la tête et je peux de nouveau monter les jambes a une hauteur convenable. Je continue pour l’instant le traitement avec le Dieuzaide en espérant récupérer le maximum. Je me sens considérablement mieux

Cela fait 20 ans que je souffre, j’ai perdu mon travail, ma santé, ma maison, de l’argent car les traitements sont souvent payant, une partie de ma vie de couple, certaines connaissances .Aujourd'hui je me sens considérablement mieux et peux recommencer à vivre.