Site officiel du Dr Gérard Dieuzaide Institut Européen de Posturologie

Témoignage de sylvie Q. ingénieur Toulouse

21 octobre 2008

Depuis Juin 2002 je souffre de lombalgies chronique avec irradiation dans les membres inférieurs, douleurs au bassin, aux dorsales, aux cervicales.

Les nombreux scanners, IRM, électromyographies et autres dérivés ont révélés deux hernies discales, de l’arthrose, une discopathie dégénérative, une fatigue des membres inférieurs, une ostéoporose surprenante à 27 ans mais aux dire des médecins et de mon rhumatologue, rien qui n’explique l’intensité des douleurs et la claudication à la marche. En effet, tous les symptômes d’un canal lombaire étroit étaient présents mais l’imagerie infirmait cette hypothèse.

De juin à Septembre je n’ai pu quitter le lit, je ne pouvais même pas soulever une bouteille d’eau, cela semblait invraisemblable. Très vite les piqures, infiltrations et antalgiques classiques se sont révélés inefficace. Le rhumatologue m’a alors prescrit des antalgiques dit opioïdes que je prends toujours depuis, certes à des doses maintenant infimes.

Après une multiplications d’examens, de consultations, de manipulations en clinique qui ne faisaient qu’empirer mon état, un radiologue m’a parlé de son ostéopathe qui je cite « lui avait sauvé la vie »; Nous sommes alors en 2004, je suis obligé de m’allonger au bureau entre midi et deux ou parfois à l’arrière de la voiture pour tenir ma journée de boulot, je suis totalement assistée, je ne peux faire mes courses, mon ménage et aucun loisirs. J’avance difficilement en boitant et ne parcours pas plus de 100m sans devoir m’arrêter, les douleurs deviennent encore plus forte, et me provoquent des malaises et des nausées. Je décide alors d’appeler l’ostéopathe, mais je l’avoue, pas trés rassurée puisque le précédent avait fait de gros dégâts.

C’est à partir de ce moment là, que tout à enfin commencé à évoluer, je me suis enfin senti vraiment prise en charge. L’ostéopathe a également très vite constaté qu’il y avait des freins à son traitement, il m’a alors conseillé de voir une podologue et une orthoptiste. La piste de la podologue s’est avérée efficace mais toujours pas concluante. Après concertation à mon sujet, et ce, deux ans après leur rencontre, ils ont convenu qu’il fallait peu être que je consulte le docteur Dieuzaide pour vérifier si je n’avais pas en plus une incompatibilité aux métaux en bouche.

Lasse de devoir à nouveau tout réexpliqué, j’ai attendu 3 mois avant de me décider à prendre rendez vous. Puis….

C’est donc en 2006, soit après 4 ans de douleurs indescriptibles, de vies gâchés, de jeunesses perdu que je trouve enfin une piste des plus convaincante. Je n’oublierais jamais notre premier rendez vous! Lorsque le docteur Dieuzaide a fait les tests, à ma grande surprise ainsi qu’à celle de mon époux, je pouvais faire des mouvements que je ne faisais plus depuis 4 ans! Vous imaginez l’émotion, mon mari s’est levé de sa chaise la larme à l’œil me demandant « mais qu’est ce que tu viens de faire? »

En résumé, du parking du Capitole jusqu’au cabinet situé rue de la pomme, il me fallait m’arrêter et me reposer au moins 3 fois; Dés que le docteur Dieuzaide m’a ôté la première couronne en métal… surprise, je suis revenue à la voiture d’un trait et sans boiter.

Depuis, mon état ne cesse de s’améliorer, le traitement ostéopathique est maintenant efficace, mon corps accepte les manipulations. Tous les problèmes neurologiques ont disparu avec les métaux ne laissant encore que les problèmes mécaniques que l’ostéopathe et la podologue règlent petit à petit.

Ainsi depuis 2006, mon état est incomparable, j’ai diminué les morphiniques de 75%, je progresse de jours en jours et un rythme de vie normal reprend peu à peu son cours.